wpf41bb90b.png

Gez

près d’Argelès-Gazost

Revenir à la page "Ecoles du 65".

Voici l’école de Gez en 2011 :

Merci de nous envoyer une ancienne photo de classe.

Revenir à la page "Ecoles du 65".

Paru le 19 octobre 2011, cet article de « La Nouvelle République » :


Les artistes de l’école


« Voilà des mois et des mois que les enfants de l'école de Gez tannaient gentiment les institutrices pour décorer les murs du préau. C'est fait. C'est splendide, une réussite. La genèse de cette œuvre s'ouvre avec la visite de la réserve naturelle du Pibeste. Les enfants sont emballés par tout ce qui leur a été montré et suite à une tempête de cerveaux (brainstorming en anglais), ils ont demandé à peindre ce grand, ce très grand mur blanc à l'abri des intempéries. Mme Rovire et ses collègues y voient une forme de pédagogie à mettre en valeur. Le travail commence sur le papier, en classe. La maquette prend tournure et elle est validée par tous. Le pantographe entre en action pour agrandir les dessins à l'échelle voulue, les tracés sont faits sur le mur par Valéry Rault, parent d'élèves. La communauté de communes et son président sont sollicités pour fournir la peinture. Principe acquis spontanément et les parents fournissent les pinceaux. Action. À l'exception des parties trop hautes, donc dangereuses, toute la fresque est le résultat d'un travail soigné et acharné des élèves. Jeunes gens, vous avez bluffé les adultes ; beau, très beau travail qui durera très longtemps. Après la joie, petit moment d'émotion empreint de tristesse, Valéry Rault et ses deux enfants sont sur le point de quitter Gez, la vallée et la Bigorre. C'est le cours de la vie qui l'exige, c'est ainsi, mais tout le monde, enfants, parents et enseignants, veut exprimer le regret qu'ils ont de les voir partir. Elle croule sous les cadeaux et les marques d'affection. Il est vrai que Valéry s'est beaucoup investie dans la vie de l'école de Gez, il ne pouvait y avoir que des déçus. Valéry est émue. Elle pleure, entourée des enfants. Avec cette peinture, c'est un peu d'elle et de ses deux enfants qui restent là. Bon sang, c'est vrai qu'elle est belle cette fresque. Dites, les petits et les grands, il faudra juste ajouter quelques châtaignes à côté des cèpes car la châtaigne de Gez, c'est quelque chose, non ? J.G. »